Un dialogue citoyen et respectueux…possible?

 

 

 

 

 

 

 

NOTA BENE: N’ayant que moi comme rédacteur, je m’impose mes règles maisons pour ce qui touche l’utilisation de la langue.

Mon objectif est simple: communiquer. Des informations (référencées), des opinions (pas référencées pantoute), des…voyez le concept.

J’ai été confronté à l »écriture inclusive » (a.k.a. épicène, savez, cette écriture qui se veut ze combat pour l’égalité des genres, en lieu et place de détails tels l’équité salariale?) au début des années 2000, lorsque j’étais responsable régional de l’information pour un local syndical.

Pour faire d’une longue histoire un résumé, je trouve que ce type d’écriture alourdi inutilement un texte, le rend indigeste pour nombre de lecteurs (dont moi). 
Déjà que la lecture n’est pas une passion chez de trop nombreuses personnes…

Comment traduire l’expression anglaise « grassroots », lorsque vient le moment de qualifier un mouvement visant à englober tous les citoyens? Gouguel suggère « populaire », mais on y perd l’élément de racine…
Enfin!
Ne m’identifiant à aucune organisation existante, je décide donc de m’exprimer ici, sans contrainte ni étiquette, non partisan. 
Susciter une discussion, un échange? 
Suis très ouvert aux opinions différentes de la mienne! Mais très fermé aux attaques gratuites et à la démagogie. Si tu ne peux appuyer tes propos avec des faits, on laisse faire…

Si des idées de billets viennent en tête, communiquez!

A propos Alexandre

Humain doté d'une immense curiosité, "political pundit", fan de Canadiens (et la façon de l'indiquer trahi mon statut d'ex fan du Sportnographe, passé depuis à la Soirée...), lecturophage (et -phile; je dévore les livres depuis ma tendre enfance) éclectique, jeune vieux début 40e lorsque je m'attarde à mon année de naissance, né francophone de sexe masculin hétérosexuel caucasien (caractéristiques qui ont fortement contribué à m'éloigner du militantisme politique au sein de QS après les dernières élections...!). Accessoirement trilingue grâce à un séjour d'un an quelque en Espagne et l'autre langue fut intégrée presque sans trop y penser, vivant entouré d'un océan d'environ 390 millions d'anglo-klaxons (malamalangue, merci Loco!). Tente l'expérience de l'expression virtuelle blogante sans aucune attente, sinon celle d'exprimer pensées, réflexions, et espérant susciter des échanges respectueux!
Ce contenu a été publié dans Articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *